Quatre contes de Perrault

pour les petits et les grands  PDF
Mercredi 19 octobre à 14h30, salle de l’Atelier de l’exil.
Du 13 au 19 octobre séances scolaires à la demande
illustrations : d’après Gustave Doré, Arthur Rackham
musique : Michel Beuret
avec Françoise Bénéjam

 

Une petite fille ingénue, un garçon futé et audacieux, une épouse d’ogre bienveillante, des petites filles aux dents longues et pointues, un prince amoureux, un carrosse attelé de souris et un château aux portes grinçantes…… tout est là. Anne- ma-sœur-Anne est là aussi, penchée à la fenêtre et guettant au loin l’arrivée des frères.
Les histoires se racontent avec des mots charnus et plein de suavité, des sons pleins de mystère, et des cailoux blancs. De même que La Fontaine, son modèle, Charles Perrault n’inventait pas le sujet de ses fables, reprenant ceux d’Ésope et de bien d’autres. Il a picoré ici ou là des petits bouts de récits populaires, et a inventé une nouvelle forme de conte. Son écriture va à l’essentiel, sans ornements inutiles. Son récit est teinté d’un humour spirituel, agrémenté de plaisanteries parfois piquantes, destinées à ne pas prendre le merveilleux des contes trop au sérieux, déclarant par exemple que les bottes du Chat botté n’étaient pas très commodes pour marcher sur les tuiles des toits !

C’est ce style particulier que nous tenons à conservons dans notre spectacle.
Projections, illustrations et même un petit théâtre d’ombre, copie des théâtre d’ombre “pour la maison” de la fin du XIX, des silhouettes découpées accompagnent les récits.
Les images, la musique et les sons apportent tout leur univers et leur magie.
Les textes lus sont les textes originaux, un peu simplifiés, essentiellement en terme de longueur, quelquefois de vocabulaire.
Le résultat est alerte, vif, drôle, inquiétant juste ce qu’il faut, rassurant, juste ce qu’il faut.
Et tout est bien qui finit (en apparence) bien.

Durée : 35 à 50mn (selon l’âge des enfants)